Encore du retard…

Download PDF

rhumeAprès une journée où j’ai appris les bases du ski à mes filles, je me sens faible, fiévreux et pas bien. Le dimanche j’arrive à faire le voyage de retour à la maison sans trop de problème. Par contre ce lundi matin je suis HS, totalement claqué. Je prends rendez-vous chez le médecin et là le verdict tombe : 3 jours d’arrêt maladie.

Pas cool !!!

J’avais des trucs important au niveau du boulot mais c’est pas pour ça que j’écris ici. C’est tout simplement que cela retarde encore ma préparation pour l’Ariégeoise. Trois jours d’arrêt c’est 75km en moins.

Vous allez me dire que ce n’est pas grand chose mais si je totalise ne déficit kilométrique de cette année par rapport à l’année dernière à la même période, j’en serais à un peu moins de 600km en moins. C’est énorme et je me demande comment je vais pouvoir rattraper ça…

Même si je suis plus qualitatif, le volume est important.

2015 sera-t-elle une mauvaise année ?

Pour le moment, pas trop d’inquiétude mais ça commence à faire pas mal de contre-temps dans ma préparation. Ma chute de janvier avec 3 semaines sans vélo donc forcément moins de kilomètres en janvier et février.

Maintenant que je suis plus ou moins remis de cette chute, je tombe malade. J’espère me remettre vite et pouvoir enfin suivre un entraînement constant sans trop de problème.

Si 2015 n’est pas encore une mauvaise année, elle est compliquée !

Pour rester positif, c’est dans l’adversité qu’on progresse  Wink

Download PDF

Entraînement : point intermédiaire

Download PDF

GiantDepuis le début de l’année, j’ai un déficit de 3 semaines d’entraînement. Cela se concrétise par un manque de kilomètres. 300 – 400km à ce jour.

Par contre j’observe une très bonne évolution de ma condition physique. Je pense que j’arrive à bien mieux gérer les phases de travail et de repos nécessaires. Cette année nous allons passer un weekend au ski ce qui amputera un peu plus mon kilométrage. J’ai donc pris le parti d’utiliser ce moment pour me ressourcer en famille, passer un très bon moment ensemble et me reposer.

Malgré ce kilométrage en baisse je pense être en meilleur forme que l’année dernière au même moment. Bizarre…

Mes  entraînements sont mieux gérés (alternance vélocité, force, puissance) et je sens les changements hors vélo alors que sur le vélo je n’ai pas l’impression de progresser. Par contre les vitesses moyennes augmentent lors des sorties de test et ma récupération se fait normalement (un peu moins de 48h après une très grosse sortie en intensité et environ 24h après une sortie en mode foncier).

Je ne sais pas si je dois être inquiet sur la quantité de kilomètres ou si je dois être optimiste sur la gestion de mon entraînement. Quoi qu’il en soit, je dois faire quelques sorties de plus de 150km pour pouvoir tenir les heures de selle le jour J. Le plus difficile ne sera pas de rester sur le vélo mais bel et bien de se libérer un gros créneau d’entraînement pour le faire… Je pense que je vais devoir attendre les jours fériés.

Pour le moment j’ai placé quelques petites sorties comme celle d’hier. Pas mécontent de moi même si j’aimerais faire encore mieux…

Download PDF

Test du Hometrainer Tacx Blue Motion

Download PDF

tacx blue motionIl y a quelque temps, j’annonçais avoir investi dans un hometrainer. Madame a « cédé » face à mon insistance. Depuis, j’ai eu l’occasion de faire quelques séances d’entraînement (je n’ai d’ailleurs pas beaucoup roulé autrement compte-tenu des blessures, de la météo,…). Fidèle à ma ligne de conduite voici mes impressions concernant ce matériel.

L’étendue des tests

J’ai réalisé des tests sans protocole de test spécifique en tête. Je suis juste un cycliste qui roule selon un programme d’entraînement « macro » qui écoute son corps et ses envies. Donc pas de test cartésien avec une batterie de tests à effectuer dans un ordre précis.

Juste une durée de test d’un peu plus de deux mois, environ une dizaine de séances qui étaient composées d’exercices classiques de type :

  • vélocité,
  • force,
  • travail au seuil aérobie,
  • travail au seuil anaérobie,
  • récupération,…

En gros une utilisation qui correspond à ce que font beaucoup de cyclosportifs avec ce genre de matériel.

La facilité de montage

Le premier contact avec le hometrainer est le carton. Pour ça j’ai déjà posté un article un peu humoristique. Toutefois passé l’ouverture du carton, il reste à « monter » la bête…

De ce côté là pas de problème. Pour ceux qui montent des meubles suédois couramment ce sera un jeu d’enfant. Je me suis quand même posé pas mal de questions concernant certaines petites pièces en caoutchouc livrées avec le hometrainer mais bon ça se monte bien. Je dois quand même avouer que toutes les pièces en caoutchouc n’ont pas trouvé leur place mais le hometrainer fonctionne tout de même.

Le son/bruit

Je ne sais pas vous mais quand je suis sur hometrainer, je n’ai pas envie que ma famille ait l’impression d’être dans un atelier (et oui on est loin du son d’une boite de nuit  Razz ) ).

Ma première impression a été de me dire que le « blue motion » était silencieux. Ma seule expérience du vélo statique était un vélo en salle de musculation qui était largement plus bruyante que le « blue motion ». Je me suis dit que c’était très cool.

Avec le temps je dois m’habituer. En effet je le trouve quand même un peu bruyant même si je dois tout de même admettre que le silence de la maison est bien différent du bruit d’une salle de sport.

Au final, je trouve que le bruit généré est largement acceptable et ma famille ne s’en plaint pas actuellement.

 Le positionnement

Qu’est-ce que j’entends par positionnement ?

Et bien il s’agit du positionnement du vélo par rapport à l’horizontal. En effet, le hometrainer surélève la roue arrière et j’avais réellement l’impression que la position sur le vélo allait être trop sur l’avant comme on peut l’être dans une descente. Finalement avec le support qui vient se placer sous la roue avant, on se retrouve bien à plat. Je n’ai jamais été gêné par la position par contre il est certain que ce n’est pas la position d’une pente (une montée) de 10% mais bon est-ce bien pour ça qu’on prend un hometrainer ?

Je n’ai donc pas été gêné par la position.

Le frein

Je ne suis pas très au fait des technologies employées pour la réalisation des hometrainer mais je pense qu’une grande partie du bruit émis par le hometrainer provient du mécanisme permettant de créer la résistance (ce que j’appelle le frein).

J’ai lu sur quelques sites que le « frein » pouvait chauffer mais je n’ai été voir si je me brûlais ou pas à la fin d’une séance d’entraînement. C’est peut-être un tord mais après avoir sué et bien travaillé je dois avouer que je pensais à autre chose.

Lors de mes divers entraînements, j’ai travaillé plusieurs qualités comme la vélocité mais aussi la force ou la puissance. Lors d’un travail de vélocité, pas problème car la résistance est faible et le hometrainer réagit parfaitement. Lors de mes entraînements en puissance et lors de certains « travail de force » avec une grande résistance j’ai pu observer un comportement « bizarre » du hometrainer. A plusieurs reprises, j’ai senti la roue arrière du vélo qui dérapait sur le frein. C’était un peu la même sensation que lorsque l’on roule dans des graviers et que le roue tourne sur elle-même sans avoir d’accroche au sol.

En ce qui me concerne, ce phénomène apparaît lorsque je suis à un fort niveau de résistance et bien souvent en fin de série. Je suis donc fatigué et le pédalage est plus saccadé et les à-coups de mon pédalage sont certainement à l’origine de ces dérapages…

En gros, ce sera à moi de modifier ma manière de pédaler même lorsque je suis fatigué (en fin de série) afin de conserver la fluidité de mon pédalage (et donc progresser). Toutefois, est-ce qu’un tel comportement est normal pour une hometrainer ?

Je tiens aussi à préciser que je suis équipé d’une roue spécialement dédiée au travail sur hometrainer et montée avec un pneu spécifique pour hometrainer de la marque Vittoria (un pneu rouge). Peut-être est-ce que ce pneu est en cause ? Tout est possible…

Conclusion

Je découvre le hometrainer et l’entraînement à la maison avec un appareil qui me semble une entrée de gamme correcte. Je pense que les bienfaits sont nombreux :

  • gain en vélocité, force,…
  • travail très ciblé d’une qualité,
  • continuer son entraînement suite à blessure,…

Je dois en oublier pas mal mais bon le hometrainer n’est pas indispensable mais constitue une valeur sûre pour progresser ou ne pas trop perdre de ses qualités.

Concernant le Tacx Blue Motion je pense qu’il s’agit d’un très bon hometrainer d’entrée de gamme. Pour le moment je ne peux juger de sa « durabilité » dans le temps mais il parait « costaud ».

Les 10 niveaux de résistances permettent « d’en avoir plein les cuisses » à la sortie en raison de la plage disponible de résistance. Lorsqu’on passe la plaque et qu’on augmente la résistance, le travail de force peut devenir très difficile.

Je regrette de ne pas disposer d’un capteur de puissance afin d’encore mieux cibler mon entraînement mais cet équipement fait largement augmenter le prix du hometrainer. Il semble qu’en plus les capteurs de puissance Tacx ne semblent pas compatibles avec le système ANT+ des compteurs Garmin. Si cela se confirme, je trouve ça dommage car ça empêche l’exploitation des données à l’aide des logiciels spécifiques et pour investir dans un moyeu PowerTap il faut avoir les moyens…

Je pense donc que l’investissement vaut la peine surtout lorsque les blessures s’invitent au programme de votre entraînement (malheureusement je parle d’expérience).

Download PDF

Reprise des entraînements club

Download PDF

Cannondale supersixCe dimanche la météo est annoncée au beau fixe, le physique commence à répondre (j’ai beaucoup moins mal et j’arrive à freiner correctement). C’est le moment de se rendre au rendez-vous du dimanche matin avec les copains du club.

J’appréhende un peu la reprise car même si j’ai roulé, il me manque pas mal de rythme. Ce qui me rassure un peu c’est que nous devrions nous rendre « rive droite ». Pour les non bordelais, cela veut dire que ça va jouer aux montagnes russes et que j’aurai certainement moins besoin de me cacher dans les roues pour suivre.

C’est donc un départ aux alentours de 8h00 pour un rendez-vous à 8h30. Y’a de la marge mais je préfère rouler un peu avant et passer « par derrière » pour éviter le trafic automobile des papa du dimanche qui vont chercher les croissants avant le réveil de la famille.

A mon arrivée à la médiathèque de La House, je suis surpris de voir que Loic, un nouvel arrivant au club, est déjà là et attend le groupe. Nous faisons connaissance alors que le reste du club arrive. Je ne sais pas si tout le monde a répondu sur le forum (ce n’est pas mon cas, je sais c’est pas bien  No ) mais il y a du monde.

Nos capitaines de route (Bruno et Didier) nous guident sur les routes jusqu’à Langoiran sans trop de difficulté. A Langoiran, nous attaquons par un raidar que je connais pour l’avoir déjà passé et ça râle un peu dans le groupe car pas mal le connaissent. Pour moi ça passe bien et j’adore ça. On enchaîne les bosses et les descentes et j’aime. Ça change du plat et des faux-plats. Je n’ai qu’un petit regret : qu’il n’y ait pas de montée entre 2% et 6% de plus de 2km pour pouvoir encore mieux travailler en côte.

Le temps arrive où il faut rentrer. une dernière bosse et après le plat. Je vais me cacher le plus possible pour pouvoir tenir. Malheureusement pour moi les hommes en forme mettent la manette des gaz en avant. Nous décrochons un peu. 5m, puis 10m et enfin quelques centaines de mètres. Au bout d’un moment, j’essaie de rouler. Je cale le compteur entre 30 et 33km/h et prends la tête du groupe d’attardés. Lorsque je n’arrive plus à mener ce rythme, peu de monde pour tenir le rythme. Je me refais la cerise derrière pendant 5 minutes et reprends la tête. Bref, je me fais mal et ça fait du bien Wink Les hommes de devant lèvent le pied et nous les rejoignons. Nous rentrons tranquillement par un chemin qui est moins vallonné que ceux que j’emprunte habituellement.

Au moment où nous passons Léognan, un bruit bizarre au niveau du dérailleur avant. Je regarde un peu en roulant et j’en déduis que mon pédalier est en train de se desserrer. Un peu après je décide de m’arrêter et prendre le temps de sortir les outils pour serrer la vis. J’arrive à rentrer sans trop forcer. En arrivant à la maison je suis pas mal entamé (pour ne pas dire cramé). Je resserre le pédalier avec la clé adéquat et il y avait besoin.

Au final, ça fait une sortie de 88km en 3h21 et environ 800m de dénivelé. Une belle sortie intense pour ma forme actuelle.

Download PDF