Sortie club du 19 octobre 2014

Download PDF

Ce dimanche 19 octobre 2014, le temps annoncé ne laisse planer aucun doute : ce sera l’été en plein mois d’octobre. Bon OK, le matin il fait frais (encore que) mais après les températures annoncées dépassent certaines températures qui on été observées cet été.

Ce sera donc une sortie club pour moi, une sortie club « nouvelle formule ». Nous devons être présents à 8h20 pour le briefing de Didier. Et oui, maintenant nous essayons d’organiser nos sorties club avec un échauffement, du travail technique (relais,…), du physique et enfin un retour au calme le tout en essayant de satisfaire tous les présents (difficile compte tenu des différences de niveaux).

Après, un briefing court et l’arrivée des retardataires  Razz nous partons à un rythme réglé par Didier. J’entends des compliments dans les rangs. « Ça change des départs des séances précédentes »,…

Et c’est vrai que ça change. Le départ s’effectue entre 26 et 30km/h. Ça permet à chacun de se chauffer, de discuter tranquillement, de se détendre et ça c’est bien.

Nous roulons bien sans forcer et tout le monde y trouve son compte. Les plus forts discutent alors que les autres s’échauffent pour être prêts quand il va falloir rouler.

Après environ 30km, nous essayons d’organiser des relais afin de monter à 40km/h. Les débuts sont calamiteux. Il faut le dire c’était réellement catastrophique !

Nous nous reprenons et les relais s’enchaînent plus ou moins bien. En ce qui me concerne les automatismes acquis les années précédentes (autour de l’hippodrome de Longchamp et ensuite au sein du Vélo Club Canéjan) reviennent petit à petit. J’arrive à pas mal me placer dans la roue du cycliste qui me précède. Par contre plusieurs écoles pour le passage de relais se heurtent les unes aux autres. Certains disent que c’est à la file montante d’accélérer pour prendre le relais alors que d’autres disent que celui qui laisse le relais doit décélérer…

Il me semble bien que la seconde version est la bonne et cela me semble logique car si j’applique la première option, le groupe n’a pas fini d’accélérer jusqu’à être au taquet et exploser en vol !

On enchaîne les séances de relais avec des séances au train et ainsi de suite. C’est bon de faire du vélo comme ça.

Ensuite, il y a quelques sprints pancartes auxquels je ne participe pas.

La chose qui fâche dans cette sortie, c’est qu’il y a eu un gars en vélo qui nous débouché sous les trous de nez et qui a perturbé le relais. J’ai même failli aller à terre car le gars a obligé Alain (cycliste qui me précédait) à faire un gros écart (le gars s’est rabattu sur lui). Alain décélère et je passe devant, rattrape le gars et lui passe un savon. Il était parfaitement conscient de ce qu’il avait fait et n’en « a rien à foutre » (ce sont ses propos). Pour moi, ce mec restera un pauvre gars et ne peut en aucun revendiquer le statut de cycliste. C’est un con sur un vélo !

Pourvu qu’on n’assimile pas ce comportement à notre club ! Ça me fout hors de moi ce type de gars. Bien après Fabrice me dit qu’il a discuté avec le gars et que ce dernier l’a envoyé péter !

Si j’avais su ça, je crois qu’il aurait été voir dans le fossé s’il y avait du goudron !

Au final, nous rentrons en continuant nos exercices avec moins de relais et des séances au train. A l’entrée de la voie romaine, Didier lâche les fauves. Pas de consignes, chacun roule au rythme qu’il souhaite. Ça part tranquillement, mais après quelques kilomètres je regarde le compteur et celui-ci affiche un 42km/h. Je me fais lâcher mais je mets un point d’honneur à tenir le rythme le plus longtemps possible. Je réussis à tenir environ 3-4km puis je suis obligé de ralentir un peu (34km/h) pour ré-accélérer sur la fin (42km/h).

A l’arrivée j’ai pris quelques photos

Tranquillou

Tranquillou

Notre capitaine de route

Notre capitaine de route

 

Download PDF

Premiers retours

Download PDF

logofranceparkinson

Dans le cadre de mon projet, j’ai initié des demandes auprès des clubs de TOP14 et j’ai eu mon premier retour hier. Malheureusement, celui-ci ne va pas dans mon sens. Aucun problème pour les photos mais ce sera à la suite des entraînements officiels…

Où est la solidarité des sportifs ? Où est la solidarité du  monde du rugby ? Le rugby est-il devenu un métier qui doit uniquement rapporter ?

Certes les clubs ont déjà des partenariats avec diverses associations mais je suis déçu de cette première réponse. J’espère sincèrement recevoir des réponses favorables pour garder mes illusions sur les valeurs du sport et que la flamme qui m’anime et je l’espère anime une majorité de sportifs, puisse continuer à vivre.

J’ai aussi le retour d’Olivier sur le petit article décrivant la préparation. Son retour a été réalisé par mail car assez long. Merci Olivier.

Ce retour est génial et me permettra de progresser. Progresser dans l’organisation de mon périple, progresser personnellement, progresser dans la connaissance de mon matériel,…

Je pense qu’une fois que je l’aurai analysé complètement, je rédigerai un nouvel article pour faire un point et montrer l’évolution du projet.

Bref, un gros merci à toi Olivier.

Si vous êtes habitués aux longues distances et que vous avez quelques conseils à me prodiguer, n’hésitez pas à me laisser un message ou commentaire.

Download PDF

Mon entraînement…

Download PDF

Ces derniers temps j’ai pas mal réfléchi sur mon entraînement et comment je pouvais progresser. La situation est simple, il faut analyser ce qui a fonctionné et ce qui ne l’a pas fait !

Je fais donc un petit bilan du pourquoi je m’entraîne, mes contraintes, mes points forts,etc…

Mes contraintes (vis à vis de ma progression en cyclisme)

  • 2 fois 30min d’entraînement tous les jours pour mes aller-retour au boulot (le plus souvent utilisé comme du transport et non de l’entraînement)
  • au mieux une demi journée d’entraînement le weekend
  • privilégier la vie familiale
  • une profession où mes chefs me demandent de faire des heures supplémentaires mais où j’essaie de moduler (bien entendu la demande n’est pas formelle mais sous-entendue…)
  • une tendance à me sous-estimer

Mes points forts

  • je suis tenace (certains diront obstinés mais je n’y crois pas Wink )
  • j’ai une famille qui accepte pas mal mes absences liées à l’entraînement
  • je peux être assez discipliné pour suivre un programme
  • je sais déterminer des objectifs

Avec tout ça, il va falloir que

  • je détermine les futurs objectifs de la saison prochaine (voire ceux bien plus éloignés)
  • je programme mon entraînement avec le retour d’expérience des années passées et les connaissances liées à mes lectures
  • j’adapte le programme en fonction des aléas rencontrés (maladie, boulot,…)

Où j’en suis ?

Pour les objectifs de l’année prochaine, il y en a déjà un de déterminé. J’en ai déjà parlé sur le blog car il s’agit d’un objectif non conventionnel par rapport à ce que j’ai déjà fait.

Il y aura certainement d’autres objectifs mais qui restent encore flous actuellement.

Il ne reste plus qu’à programmer mon entraînement mais avant il reste à analyser mes points forts et faibles au niveau du vélo (technique, puissance,…).

Download PDF

Le don de soi pour les autres

Download PDF

logofranceparkinsonCela fait maintenant un peu plus de 5 ans que je roule pour moi. Mon bien-être, mon plaisir,etc… mais je n’ai encore jamais roulé pour les autres. Il est temps de partager !

Partager mais comment ?

Et bien je crois avoir trouvé : réaliser un défi pour mon père et pour tous ceux qui souffrent de la maladie de Parkinson.

J’ai bien dit un défi, quelque chose qui sort de la norme, de l’habituel pour faire parler de la maladie, sensibiliser,etc… Mais comment faire plus ?

Et bien c’est simple. Il faut que ce défi permette de récolter des fonds pour l’association France Parkinson !

Une description complète du projet est disponible sur la page « Sud-Ouest contre Parkinson« .

J’espère que les lecteurs de mon blog me laisseront un retour quelconque. Sous forme de conseils techniques, de conseils d’organisation, de contacts,etc… Toute l’aide possible sera très appréciée car je pars complètement à l’inconnu dans plusieurs domaines sur ce projet comme vous pourrez le constater.

Avant de commencer un tel périple, il faut planifier les choses car je ne peux me permettre de manquer mon coup. La cause est trop importante pour se manquer !

Les objectifs du défi

  • sensibiliser sur la maladie,
  • récolter des fonds pour l’association France Parkinson (même un petit peu, c’est mieux que rien !),
  • faire quelque chose pour mon père (malade lui aussi),
  • me faire plaisir sur le vélo (comme d’habitude) et vivre quelque chose d’extraordinaire.

 Le matériel nécessaire

Vêtements

  • cuissard (2),
  • maillot manches courtes (2),
  • chaussettes (3),
  • maillot manches longues (2),
  • mitaines (1),
  • gants pluie (1),
  • veste pluie (1),
  • pantalon de pluie (1),
  • sur-chaussures étanche (1),
  • casque (1),
  • démonte pneu (3),
  • lunettes (1),
  • tour de cou (1),
  • crème solaire (1),
  • bidons (2),
  • manchettes,
  • jambières,
  • gilet haute visibilité (1)

Technique

  • chambre à air (8),
  • pneu Continental GP 4000 S (1),
  • compteur GPS Garmin Edge 800 + batterie annexe + chargeur (1),
  • caméra GoPro + batterie de rechange + chargeur (1),
  • jeu complet d’outils (multi outils, clé allen,…),
  • pompe à main (1),
  • lubrifiant,
  • lampe avant et arrière + chargeurs,
  • moyeu dynamo (peut-être ???)

Diététique

  • barres de céréales sucrées et salées ( 5/jours : 35),
  • boisson de l’effort (1 boites),
  • gel énergétique (2/jours : 14),
  • fruits secs (à acheter en cours de route)

Transport

  • Sac à dos étanche
  • Sacoche de cintre

Pour réaliser ce périple j’utiliserai probablement mon vélo GIANT SCR2 certes plus lourd que mon Cannondale SuperSix EVO mais il s’agit surtout de mon mulet qui est robuste et ne craint pas les éléments.

Pour la vie à côté du vélo (même si elle va être essentiellement consacrée à la récupération).

  • une paire de chaussures de sport,
  • un short,
  • un T-Shirt,
  • un jean ou pantalon de toile selon l’encombrement et/ou le poids,
  • paire de chaussettes (2)
  • une serviette de bain,
  • un gel douche,
  • une brosse à dent,
  • du dentifrice,
  • une huile de massage

Il ne reste plus qu’à regarder l’encombrement de tout ça et espérer que les clubs se mobiliseront pour me trouver un couchage le soir (sinon faudra improviser et ça c’est pas cool). Il va d’ailleurs falloir que je commence à contacter les présidents de club pour voir un peu la faisabilité.

J’en appelle donc à tous les cyclistes me lisant pour relayer l’information. Si vous vous trouvez sur mon parcours, parler du projet autour de vous (peut-être que j’aurai même des propositions d’hébergement spontanées), des conseils sur les routes où il ne faut pas passer,… en gros que la solidarité qui devrait nous unir agisse pour la bonne cause. Je ne suis pas contre le fait de partager un bout de chemin avec les cyclistes des régions où je passerai… (pour ceux qui ne liraient pas entre les lignes, c’est une invitation Wink ).

La plannification

Pour le moment, lorsque je regarde le planning, mon projet prendrait bien sa place la dernière semaine du mois de mai 2015 (du 23 au 31 mai 2015). Il m’est difficile de me projeter à coup sûr à un peu moins d’un an, mais si tout se passe bien je devrais pouvoir mettre ça en musique au fur et à mesure du temps qui passe.

Il s’agit d’un gros, très gros projet pour un homme seul (sans parler de la performance). L’organisation doit être sans faille pour que le projet soit un succès et quoi qu’il arrive, il y aura des imprévus, c’est certain !

Maintenant les dates ne sont pas figées…

A l’aide

C’est la première fois que je vais organiser un tel périple et je suis complètement novice dans ce domaine. Si vous avez une quelconque expérience, si vous avez des idées je les écouterai avec intérêt (et mettrai certainement en application Wink ). Donc n’hésitez pas à m’aider à votre manière si vous en avez la possibilité.

Download PDF

P!x.,:/ de rondelle

Download PDF

Roues MAVIC KSYRIUM SLCet après midi, j’en ai eu marre du tac tac que faisait mon vélo lorsque j’appuyais sur les pédales. Cela fait maintenant un certain temps que je cherche pourquoi j’ai ce bruit. J’ai pourtant respecté toutes les consignes de montage de mon corps de roue libre, de ma cassette. J’ai réglé à plusieurs reprises le dérailleur avant, arrière. J’ai lubrifié la chaîne, vérifier la tension des rayons, le gonflage,…

Tout y est passé.

Alors j’ai testé avec une autre roue. Là plus de bruit !

C’est donc bien de la roue que le bruit provient. Pas la peine de toucher au dérailleur, etc…

J’ai donc encore tout démonté. Par contre, lors du montage du corps de roue libre, je me suis posé la question de l’opportunité de mettre la petite rondelle plate que MAVIC fournit. En fait, cette rondelle n’a pas l’air d’être utile (http://www.tech-mavic.com/tech-mavic/technical_manual/data/docs/products/1_4.pdf) car elle semble être remplacée par la rondelle épaulée.

J’ai donc pensé que le corps de roue libre bougeait autour de la rondelle plate que j’avais positionnée lors du montage du corps de roue libre et que lorsque j’appuyais fort sur les pédales, le corps de roue libre bougeait ce qui donnait le tact tac tant désagréable !

J’ai donc retiré cette petite rondelle plate et je crois bien que j’ai enfin trouvé !

J’ai été faire un petit tour autour de chez moi. Quelques « craquements » normaux mais plus le tac tac qui me porte sur les nerfs !

Aurais-je trouvé ?

Cela doit être confirmé par une sortie longue où je pourrai solliciter le montage bien plus longtemps et surtout dans de multiples conditions (gros plateau, petit plateau, plat en fréquence de pédalage, en puissance, montée en rythme, en force,…). Je pense sincèrement avoir fait le tour de ce qui pouvait provoquer ce bruit mais bon on ne sait jamais.

Download PDF