La vie avant tout !

Download PDF

Ce reportage me touche. Je n’ai pas de mots pour dire ce que je ressens lorsque je l’ai regardé.

La maladie, le handicape c’est du pareil au même. Les hommes se battent et vivent.

Merci Monsieur pour ce que vous avez réalisé !

Dans un autre style, rendez-vous le 01 août 2016 à 22h00  au kilomètre 0 à Bédoin ou dans la journée du 02 août 2016 sur les pentes du géant de Provence pour aider l’association France Parkinson (Un galérien pour ceux qui galèrent) et tout comme vous Monsieur je continuerai (oui ce que je fais depuis ma première fois sur le Ventoux) à remercier ce géant chaque fois qu’il me laissera monter au sommet.

Download PDF

Une bien belle balade

Download PDF

Selfy MazanCe samedi 9 juillet 2016, je me réveille tôt. Le but rallier Chateauneuf les Martigues à Visan mais en passant sur les routes d’un mythe du cyclisme, le mont Ventoux.

Étant donné le parcours prévu, je dois partir tôt pour limiter le temps passé sous la chaleur accablante de Provence. C’est donc environ à 3h00 du matin que je prends la route.

Pas un chat dans les rues, le calme est total. Peu de bruit de voiture et une température d’environ 20°C. Une chose est certaine, je n’aurai pas froid !

Je prends la direction de Martigues. Lors de ma traversée de Martigues, je croise deux jeunes en BMX qui doivent rentrer chez eux après avoir fait la fête avec les copains. Avec le peu de circulation, je prends la D5 pour rejoindre Istres. La traversée d’Istres se passe bien jusqu’à ce que je passe sur la route qui longe l’étang de berre. Là, plus aucune lumière. Malgré mon habitude de rouler la nuit, la lumière a complètement disparue. Les pins recouvrent la route et empêchent la lune de m’éclairer. J’enchaîne sur la forêt pour me diriger vers Grans. Là encore c’est noir !!!

J’arrive assez vite à Lançon de Provence. D’habitude, je passe uniquement au péage sur l’autoroute mais là je découvre une ville qui m’a l’air sympathique. J’enchaîne assez rapidement sur Pélissanne et à la sortie je prends un compagnon qui ne me quittera plus tout le long du voyage : le vent.

La montée sur Auron est superbe. Je passe à Alleins et à Mallemort, passe la Durance en direction de Mérindol mais bifurque assez vite direction Cavaillon. Les grandes lignes droites en direction de Cheval blanc et Robion sont usantes mais assez roulantes. A Robion je m’arrête prendre un petit café et quelques viennoiseries.

A Coustellet je croise le chemin d’un moulin à eau.

Coustellet - moulin

La montée sur Gordes n’est pas facile mais le paysage est réellement Gordesgrandiose. une fois que j’ai bifurqué sur la gauche direction Venasque, la route devient moins exigeante. Je me rends compte assez vite que je suis sur les routes du Tour de France. Ça monte, ça monte. Grâce à la préparation de l’itinéraire, je sais que je ne devrais pas tarder à passer un col. Et là c’est fait : le col des trois termes.

Col des trois termes

La montée n’est pas simple et usante. Sur le tour de France, je pense que ça a user un peu les organismes même si leur niveau est tel que ce col n’a pas les mêmes effets que sur moi…

Une fois ce col passé, direction Mazan avec un point de mire le mont Ventoux qui m’attire et me fait si peur…DCIM100GOPROMont Ventoux depuis Mazan

Je passe par des chemins au milieu des vignes et des champs pour arriver à Bédoin. Je rentre dans la civilisation et je dois dire que ça ne me manquait pas même si je profite de la ville pour aller chercher un sandwich et deux powerade. J’en bois une complète en mangeant Bédoinmon sandwich et je glisse la bouteille restante dans la poche du maillot. J’en profite pour laisser dans les poubelles les emballages des barres de céréales et ne pas faire comme tous ces « touristes » et lâcher mes emballages dans mon superbe terrain de jeu.

J’entame ma montée avec environ 130km et je me mets au train dès le pied de la montée. Avec ce kilométrage, je ne veux pas « péter » en plein milieu de la montée. Je n’ai rien à faire du temps de montée. ce qui m’importe c’est passer et me faire plaisir sur les pentes que j’aime tant.

Je m’arrête pour faire le plein des bidons au chalet Reynard. La fontaine ne fonctionnait pas, j’ai donc demandé au bar. Là on me fait remarquer qu’il y a des toilettes mais on me remplit quand même le bidon. Je n’aime pas l’accueil mais ça confirme ce qui s’est déjà passé il y a quelques temps…

Plusieurs cyclistes m’encouragent en me voyant lutter pour me hisser en haut. J’apprécie aussi les encouragements des gens qui sont déjà en place et attendent les coureurs du tour de France. J’ai droit aux camping-car décorés pour les coureurs professionnels. Un bonheur !

Mont Ventoux - Les drapeux

Avec le temps et quelques efforts j’arrive en haut avec un 150km au compteur. Je suis super content de ma performance et surtout plein de bonheur d’avoir retrouvé les mêmes sensations que lors de ma toute première montée du mont Ventoux. Heureux d’en avoir ch..r !

Sommet du Ventoux

Je prends un moment pour me couvrir d’un coupe-vent pour la descente car le vent du nord souffle et avec la vitesse il ne va pas faire chaud…

La descente par Malaucène est rapide et je m’arrête manger au Groseau. Un très bonne salade. Je conseille l’arrêt surtout qu’ils sont super sympa. Une fois sustenté, je continue ma route sous une chaleur accablante.

Je passe Vaison la Romaine, Buisson mais en arrivant à 5 km de Visan, ma roue arrière fait un drôle de bruit. Je m’arrête et constate qu’elle est complètement voilée. Dans un coin de la tête je soupçonne la casse d’un rayon mais tout est en place. Je téléphone à ma femme qui vient me chercher en voiture. Cette casse de rayon se confirme après un examen plus approfondi une fois de retour au bercail.

Dommage que cette belle journée de vélo s’arrête sur casse matérielle mais c’est comme ça…

Je me suis bien éclaté et surtout c’est une très belle préparation à ce que j’ai prévu pour l’été : un galérien pour ceux qui galèrent.

Download PDF

Un galérien pour ceux qui galèrent : la date !

Download PDF

Ça y est la date est arrêtée pour le projet qui me tient tant à cœur.

UnGalerienPourCeuxquiGalerent-date

Viendrez-vous m’accompagner dans ce projet ?

Soutenons l’association France Parkinson ensemble et montrons aux malades et à leur famille que nous sommes solidaires.

parkinsonfrance

Rejoignez le club strava spécialement créé pour l’occasion.

STRAVA

Download PDF

Mon Ardéchoise

Download PDF

MoiCe samedi 18 juin 2016, c’est le moment que j’attendais depuis plusieurs années. J’ai le bagage nécessaire pour enfin participer à la cyclosportive L’Ardéchoise.

Oh, pas terminer dans les premiers mais au moins terminer et me faire plaisir.

Je pars donc le vendredi après-midi de mon lieu de résidence pour me rendre à Saint Félicien. Sur la route, mon Ardéchoise commence mal. A Tain l’Hermitage, 2 heures pour faire 2 kilomètres !

Je suis patient mais là c’est quand même très fort. Dans la voiture, l’énervement monte mais nous essayons de nous contenir. Nous arrivons donc à Saint Félicien avec un peu plus de 2 heures de retard sur l’horaire prévu. Je file directement au retrait des dossards sans perdre une seule seconde. Je suis assez énervé car j’aurais aimé profiter du village départ en famille mais bon. Pendant ce temps ma femme avertit le camping que nous aurons peut-être un peu de retard. Après le retrait de mon dossard, je rentre à la voiture en courant et sous une pluie orageuse. Pas cool…

Nous filons au camping où nous trouvons : le calme. Ça fait du bien Wink

Le soir nous mangeons, je couche les filles et commence à préparer mon vélo, mon maillot,etc pour être prêt pour le lendemain. Là je m’écroule de douleur sur le canapé du chalet tellement j’ai mal à la tête. Non seulement je ne suis pas bien du tout mais là je réalise que le lendemain va être compliqué dans ces conditions. Je me reprends et finalise la préparation tant bien que mal avec l’aide de ma femme. Le cycliste est dur au mal Wink  et merci à ma femme !

Le samedi matin, le réveil sonne à 5h15 pour un départ à 6h00 – 6h15. La nuit s’est pas trop mal déroulée étant donné mon état de la veille mais ma décision est prise. Je ferai le petit parcours : La Doux.

Ma femme me dépose à Lalouvesc et je descends sur Saint Félicien en vélo sous la pluie. Il faut être sacrément courageux pour partir sous la pluie et mes quelques années sur Bordeaux m’aident bien à affronter ces routes mouillées Wink Finalement j’arrive à Saint Félicien trempé mais la pluie a cessé. Là, une attente d’environ une demi heure avant le départ de la course. Je peux vous dire qu’une fois mouillés et arrêtés sur la ligne de départ, nous étions tous gelés et nous attendions avec impatience le départ pour nous réchauffer un peu.Départ de l'Ardéchoise

7h30, le départ est donné. Là, le froid est encore plus marqué. il faut bouger dans des vêtements mouillés et froids. Heureusement de col du Buisson nous réchauffe même s’il est roulant. Sa descente est à la fois un pur bonheur car il ne pleut plus et la route est presque sèche mais le froid revient avec le vent relatif. Malgré tout je prends pas mal de plaisir dans cette descente où je réalise que dans des conditions difficiles je descends correctement par rapport aux autres.

A Lamastre, je mets le clignotant à droite. Au moment de bifurquer, un autre cycliste cherchant sa route me demande si je suis perdu. Je lui réponds que non et lui indique où trouver le parcours du 125km. Pour ma part je prends la direction du parcours de 85km. Là je me dis que je vais essayer de le faire le plus rapidement possible et voir le classement à la fin.

Pendant un bon moment je suis complètement seul. Je me demande si je suis devant ou derrière. J’en viens même à me demander si je ne me suis pas trompé de route jusqu’à ce que je double un autre cycliste. C’est dans les derniers kilomètres du col de Lalouvesc quelques cyclistes me dépassent. J’essaie de m’accrocher mais je n’y arrive pas. Ça roule trop vite pour moi.

Pas grave, je continue en mode contre la montre.

Une fois à Lalouvesc, je pense connaitre le parcours mais j’ai un doute car j’avais fait 15km le matin même pour rejoindre le départ et selon mon compteur il resterait 30km. Je découvre que la descente (autre que celle du matin) qui me mène à Saint Félicien n’est pas très roulante et je perds beaucoup de temps dans cette partie qui demande de développer pas mal de puissance. Ce n’est pas grave je m’emploie à fond pour ne rien regretter en espérant un classement correct.

A l'arrivéeA l’arrivée je vais manger, prends mon café et je vais chercher mon diplôme. Là je découvre qu’il n’y a pas de classement d’indiqué. Je téléphone à ma femme et vais rechercher mon vélo pour aller sur Saint Victor où nous nous sommes fixé rendez-vous.  Dans la tête j’aimerais savoir pourquoi il n’y a pas de classement.

Le soir je découvre sur Internet que La Doux fait partie des randonnées cyclotouristes et qu’il n’y a pas de classement. Là je peux vous dire que je suis complètement dépité. Tout ça pour ça…

Je suis déçu, abattu. Mauvaises conditions météo, mauvaise accessibilité, petit parcours, malade. Bref, un concours de circonstances qui ne m’est pas favorable. Je ne regrette pas mon choix  de cyclosportive mais seulement j’aurais aimé pouvoir voir l’accueil des ardéchois avec de bonnes conditions météo et pouvoir faire le circuit des Boutières ou plus grand.

Deux jours après je suis très déçu et ma participation à une nouvelle édition se fait hypothétique. Si j’ai le choix entre l’Ariégeoise et l’Ardéchoise, je suis bien embêté pour dire ce que je ferai..

Je n’ai rien contre l’Ardéchoise, bien au contraire mais dans la vie il faut faire des choix et je dois avouer que mes deux expériences de l’Ariégeoise ont été différentes mais géniales toutes les deux malgré des conditions météo difficiles lors de ma deuxième participation. Je ne peux expliquer ce sentiment qui ressemble fort à celui qui m’attire sur le mont Ventoux tous les ans. Une chose est sûre, je n’ai pas ressenti la même attirance pour les sommets Ardéchois que pour le Ventoux.

Download PDF

Projet « Un galérien pour ceux qui galèrent »

Download PDF

France ParkinsonIl y a quelque temps j’ai lancé ce projet et j’en vois presque l’aboutissement grâce au représentant local de l’association France Parkinson Vaucluse.

L’image du projet vient d’être publiée ici : http://pakinson-ventoux.over-blog.com/2016/05/l-image-du-projet.html

La date du défi vient d’être arrêtée et sera dévoilée sous peu.

Tous les cyclistes dans le coin sont invités à participer et à rouler avec moi pour soutenir l’association France Parkinson. Nous les cyclistes, montrons notre solidarité et que même dans la souffrance nous restons conscients que nous sommes des privilégiés car nous, nous pouvons rouler.

Si vos moyens financiers le permettent, vous pouvez faire un don ici mais votre seule présence pour soutenir l’association sera le plus important. Soyons solidaires avec ceux qui souffrent au quotidien.

Les détails de l’organisation et des informations sur la maladie seront publié sur le site http://pakinson-ventoux.over-blog.com/ d’ici l’événement.

France Parkinson - Faire un don

Download PDF

Tout le monde à vélo !

Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :